ARK NETWORK reference.ch · populus.ch    

   FINCOSAT-GUY 2006







R.D.C

Les Information  
 
 
 
 
A la suite des événements de ces trois journées folles, on ne parle pas seulement de la réconciliation, mais aussi des conditions imposées au gouvernement pour que le pays retrouve la paix. Compte tenu des événements impunis du 27 juillet et du cahier de charges de JP Bemba après les événements du 20 au 22 août, on constate qu’on est en train de mettre le pays sous le joug du Mlc. Non seulement, le Mlc a fait ce qu’il a fait le 27 juillet et on a estimé que c’est son droit, mais aussi, il a récidivé le 20 août. Pour ces derniers événements, on considère que le gouvernement n’avait pas le droit d’empêcher JP Bemba de faire ce qu’il voulait, on doit le dédommager. On doit payer l’hélicoptère de combat qu’il gardait à sa résidence et qui a fait les frais de la folie des milices du Mlc. Comme quoi, les éléments de l’armée nationale qui gardaient le Palais de la nation n’avaient d’autre droit que de laisser les milices du Mlc détruire le bureau du chef de l’Etat. Certains observateurs se demandent même si réellement l’hélicoptère avait été détruit par la garde républicaine. Des gens qui avaient réuni les ambassadeurs au moment où ils attaquaient le Palais de la Nation hésiteraient-ils à détruire un hélicoptère dans la même politique de s’offrir des occasions de revendication dans le but de contourner les élections. 
 
La congolité 
 
Les incidents du 20 au 22 août resteront à jamais gravés dans la mémoire des Congolais même si aucun d’eux ne voudrait assister à leur répétition. Les politiciens devront apprendre que lorsqu’on n’a pas su battre campagne, on ne doit pas s’en prendre à ceux qui ont convaincu le peuple au point de lui arracher des suffrages. Certains partis politiques, certains leaders dont ceux du Mlc, ont passé outre le code de bonne conduite signé avec des partenaires politiques. Ils ont également ignoré les recommandations de la communauté internationale qui demandait aux acteurs politiques congolais de ne pas recourir aux thèmes de l’exclusion. Tel est le cas de la « congolité ». Le « Mwana mboka » a été le refrain de la campagne du Mlc. 
 
Par contre, la famille politique de Joseph Kabila est restée constante, respectueuse des règles de jeu. Et pourtant, ce ne sont pas des arguments qui leur manquaient. Selon les milieux proches de l’Amp, en matière de congolité, le Mlc n’est pas mieux loti. Bien au contraire. Le Sg du Pprd l’a plus d’une fois dit en demi-mots. Joseph Kabila l’avait également dit haut et fort « plus Congolais que moi, n’existe pas ». Mais jamais, un seul membre de ce clan politique n’a osé faire de la congolité son thème de campagne. Joseph Kabila a montré qu’il a la tête sur les épaules et ne pense qu’à sauver le processus électoral. 
 
L’Avenir 
 
 
 

 
 
de la R.D.C 
 
 
 
 
   
 Home  | Livre d'Or  | Album-Photo  | Contact
   
 
(c) Bienvenue sur le site fincosat-guy - Créé à l'aide de Populus.
Modifié en dernier lieu le 13.11.2006
- Déjà 9361 visites sur ce site!